www.fndirp.fr - FNDIRP 10 rue Leroux 75116 PARIS - Mentions légales
Le système concentrationnaire DORA-MITTELBAU Sous le nom de « Mittelbau », les nazis désignèrent, à partir de l’été 1943, un ensemble d’installations pour l’industrie de guerre aménagées autour d’un même centre : Dora, situé dans les collines du Harz, aux environs de la ville de Nordhausen. Le but était double. D’une part, à cause des bombardements qui avaient détruit leurs meilleures bases d’armement, notamment celle de Peenemünde, regrouper une série d’usines et d’ateliers pour y fabriquer, sous la direction du savant et criminel Werner von Braun, les armes secrètes V1 et V2 dont les nazis attendaient un revirement de la situation militaire. D’autre part, utiliser une main-d’œuvre concentrationnaire bon marché, qu’il serait facile de réduire au silence en l’exterminant, afin de garder le secret. Le premier convoi arriva de Buchenwald dans les premiers jours de septembre 1943, il fut rapidement suivi de beaucoup d’autres. Ainsi naquit le camp de Dora. Dora cesse d’être kommando de Buchenwald vers la fin de l’été 1944, il est officiellement reconnu comme camp autonome le 28 octobre suivant. Dora, c’est d’abord un tunnel construit sous la colline Kohnstein. Jusqu’au début 1944, il n’y eut pour les déportés travaillant à creuser et à aménager ce tunnel, ni baraquements, ni installations sanitaires d’aucune sorte. Ils étaient enfermés dans les galeries souterraines, soumis quotidiennement à un travail forcé de 12 à 14 heures, se relayant sans voir la lumière du jour, jusqu’à ce qu’il fussent « bons pour la ferraille » comme disaient les S.S. Il en mourait alors jusqu’à une centaine chaque jour. Enfin, le camp fut construit près de l’entrée du tunnel. Les détenus y furent entassés et leur effectif s’éleva jusqu’à 28 000 à partir de l’été 1944. L’enfer de Dora, au-delà du tunnel, s’étendit alors à toute une série de kommandos extérieurs, d’Ellrich à Rotlberode et autres lieux. Le sabotage de la production de guerre hitlérienne fut très poussé à Dora. De nombreux organisateurs de la résistance dans le camp, dont le détenu allemand Albert Kuntz, payèrent de leur vie leur action héroïque. A partir du 1 avril 1945, à l’approche des Alliés, les S.S. entreprirent l’évacuation de Dora et des kommandos de Mittelbau en direction du Nord, notamment vers Bergen-Belsen beaucoup périrent. D’autres connurent une mort atroce dans la grange incendiée de Gardelegen et sur les routes. Consulter aussi le dossier n°48 du bulletin Mémoire Vivante de la Fondation pour la mémoire de la Déportation.
La déportation
Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes